Venise

13 novembre 2016
Ville des Canaux. Serenissima. Reine de l’Adriatique. Cité des Masques. Venise a été baptisées de nombreuses manières. Elle accueille, chaque jour, 50 000 visiteurs, qui ne demandent qu’à être enchantés par sa beauté. Après les Cinque Terre, j’avais donc décidé de passer quatre jours à Venise dans le cadre de mon road trip en Italie du Nord.

Ils sont nombreux, les touristes qui ne passent qu’une journée ou deux à Venise. Pourquoi pas ? 48 heures, c’est mieux que rien et Venise coûte cher. Au pas de course et au prix d’ampoules aux pieds, de ménisques en lambeau, d’une ou deux crise d’agoraphobie… on peut voir les principales attractions : la piazza San Marco, le campanile, une balade sur le Canal Grande, un ou deux musées… J’en voulais plus, mais je ne pouvais pas y rester trop longtemps non plus. Après tout, Venise n’était censée être qu’une étape dans un road trip de deux semaines. Au final, et au risque de manquer d’originalité, c’est l’endroit qui m’a le plus envoûté et depuis que je l’ai quitté, je veux y retourner ! Apprendre le Vénitien, m’installer dans un petit appartement dans Dorsoduro et passer mes journées à déambuler dans les canaux. Il faudrait que je gagne au loto… Il faudrait que je joue au loto !

Il y a le Venise 100% touristique, où l’on se sent pris dans le circuit censé vous faire consommer l’essentiel de la ville vite, très vite, pour passer à l’étape suivante, comme dans un parc d’attractions. Il y a aussi le Venise plus authentique, celui où vivent réellement les habitants, où l’on entend parler Vénitien plus que Français ou Japonais et où on se sent un peu décalé quand on se balade avec un appareil photo en bandoulière. Souvent, on passe de l’un à l’autre sans s’en rendre compte !

 

Comme toutes les villes, Venise est divisée en quartiers, des sestieres.
(cliquez sur la carte pour naviguer dedans)

SAN MARCO

Piazza San Marco. Faut-il vraiment préciser que la place Saint-Marc est l’Incontournable n°1 de Venise ? Elle a une forme de L. La grande barre, c’est la place Saint-Marc, avec la Basilique… que je n’ai pas visité. Honnêtement, la queue m’a découragée et même si l’intérieur doit être magnifique, j’avais d’autres priorités. La façade vaut le coup, surtout tôt le matin, quand le brouillard ne s’est pas encore levé et qu’il n’y a quasiment personne. On y trouve le fameux Caffé Florian. Attention, si vous êtes deux, pour un simple café (à l’italienne, c’est-à-dire avec tout juste une gorgée dans la tasse), l’addition peut monter jusqu’à 30 euros ! On vous fait payer la boisson, mais aussi l’orchestre qui joue juste à côté. J’ai renoncé à y entrer, ça ne valait pas le coup à mes yeux.
La petite barre du L donne sur le grand canal, avec le Palais des Doges sur le côté. Elle s’appelle la Piazetta, la petite place, même si elle n’a rien de ridicule ! C’est de là que vous aurez une belle vue sur l’île Gorgio Maggiore.

piazza san marco

Le Palais des Doges. Au VIe siècle, Venise fait partie de l’empire romain. Deux siècle plus tard, elle devient un territoire lombard. Au fil des années, une petite noblesse se met en place. Un conseil émerge pour assurer les affaires politiques, juridiques et administratives de la ville. Ce sont les Doges, l’équivalent des Ducs en France. Un conseil réduit de dix Doges, nommés à vie (du moins théoriquement) règne sur Venise. Il leur fallait, bien sûr, un écrin à la mesure de leur importance. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’architecte du Palais des Doges ne s’est pas moqué d’eux ! En automne, c’est l’un des rares musées qui ouvre à 8:30. Je vous conseille d’y être à cette heure-ci, les touristes ne sont pas encore très nombreux, vous aurez une vue magnifique sur l’île Giorgio Maggiore (l’une des images les plus connues de Venise, avec les gondoles au premier plan) et le Palais quasi pour vous. Comptez une bonne heure et demi pour tout visiter. On passe par le fameux pont des soupirs, qui relie le Palais (où siégeait également les juges) et la prison.

doges

Pont des soupirs. C’est l’un des coins où l’on voit le plus de touristes… pour rien. Ok, il est joli. Beaucoup de touristes veulent absolument passer en gondoles en-dessous, pour s’embrasser, puisque la légende dit que les couples qui s’embrassent sous le pont de soupirs s’aimeront toujours.

161104nb-007

Museo Correr. Celui-ci, c’est le bon plan. D’abord, parce qu’il se situe juste en face de la basilique Saint-Marc. Ça vous fera de belles photos au travers des fenêtres du musée. Ensuite, parce que c’est un peu trois musées en un ! Dans le même bâtiment (et sans même vous en rendre compte), vous allez passer du Museo Correr au musée archéologique et aux salles immenses de la Bibliothèque nationale Marciana. J’y ai passé le reste de la matinée, à déambuler dans les allées.

161102-060 161102-063 161102-067 161102-070

Campanile San Marco. Pour atteindre le sommet, 60 mètres au-dessus de la place, la montée en ascenseur vous coûtera 8 euros, ce qui peut sembler trop cher pour certains. J’avoue que j’avais tellement envie d’admirer le coucher du soleil depuis le plus haut point de la ville que je n’ai pas hésité (ni regretté). C’est d’ailleurs le meilleur moment pour grimper : la lumière est magique !

161103-085 161103-092 161103-093 161103-096

Le quartier San Marco est l’un des plus touristiques, une grande partie des sites les plus visités de Venise s’y trouvent. C’est aussi un quartier plutôt agréable pour se balader, aussi bien en journée que le soir. En particulier du côté du pont Rialto, ça regorge de restaurants et de petits magasins. Entre le pont Rialto et la piazza San Marco, il n’y a qu’environ 5 minutes de marches. C’est donc un quartier idéal pour loger.

(attention, une bonne vingtaine de photos à suivre)

161101-059 161101-062 161101-081 161101-109 161102-072 161102-074 161102-080 161102-084 161102-088 161102-093 161102-104 161102-117 161102-123 161103-098 161104-004 161104-080 161105-013 161105-017 161105-021 161105-029

SAN POLO + SANTA CROCE

San Polo n’est pas le quartier qui m’aura fait la plus forte impression… au début. Au final, c’est l’un des meilleurs quartier de Venise pour se perdre. Au détour d’une ruelle, on tombe par hasard sur une place d’un charme fou ou une façade splendide, un dédale de canaux à s’en donner le vertige… et surtout, c’est le premier quartier dans lequel j’ai eu l’impression de ne pas être entourée de touristes en permanence ! Il se trouve pourtant à quelques minutes à pied des coins les plus fréquentés par les vacanciers. Il y a plein de cafés sympas, c’était parfait pour s’arrêter, écrire des cartes postales, profiter du soleil et observer le va et vient des travailleurs. Après tout, il n’y a pas que des gondoles sur les canaux vénitiens ! Si vous avez quelques heures à occuper, ce sera parfait pour une balade sans but, en essayant de se rapprocher régulièrement du Canal Grande pour admirer les façades de l’autre côté de l’eau.
Idem pour Santa Croce : dans certaines ruelles, les touristes sont l’exception plutôt que la norme. Comme les deux quartiers sont mitoyens, j’ai passé une après-midi entière à les explorer.

CANAREGGIO + CASTELLO

Cà d’Oro. Tous les guides vous chanteront les louanges de sa superbe façade en marbre, qui donne sur le Canal Grande. Et c’est vrai, c’est sans doute l’une des plus belles bâtisses que l’on peut admirer en remontant le canal. Mais ne loupez pas non plus l’intérieur. L’entrée coûte 8 euros, ce qui peut sembler excessif. Ça ne l’est pas. Promis, juré. Au rez-de-chaussée, une superbe pièce vous éblouira.

161104-045 161104-046 161104-048 161104-052 161104-062

Caffè La Serra. En plein milieu du quartier de la Biennale. Dans d’anciennes serres, il y a ce café très agréable, qui fait un délicieux latte. A essayer : la spécialité maison, un caffè latte avec une touche de noisette.

Canareggio, comme Castello, est souvent délaissé par les touristes. Du moins, ceux qui ne restent dans la ville qu’une ou deux journées. Pourtant, ce sont deux quartiers, contiguës, vraiment, vraiment agréables. Quand on s’y promène, on entend parler italien, et même vénitien. Pas Français, Anglais, Chinois ou Coréen comme du côté de San Marco.

canareggio-castello

DORSODURO

Cà Rezzonico. Ce Palais a eu une illustre occupante : Sissi, impératrice. Rien que ça. Le premier étage vous donnera un aperçu de la vie dans les maisons nobles au 18ème siècle. Les deuxième et troisième étage font la part belle aux peintres vénitiens de la même époque. Le Cà Rezzonico se trouve sur le Canal Grande et dispose de son propre petit embarcadère qui vous permettra de photographier la rive d’en face à tout votre saoul.

161102-127 161102-129

Encore un quartier où il est agréable de se perdre, à toute heure du jour et de la nuit. Près du pont Rialto se trouve notamment le marché et une ribambelle de bars qui font le bonheur des étudiants de passages. Le soir, il y a une bonne ambiance. Il y a aussi beaucoup d’endroits qui donnent directement sur le Canal Grande, on peut donc y voir les belles façades de la rives d’en face. Bizarrement, j’ai surtout parcouru ce quartier de nuit.

161101-070 161101-071 161101-074 161101-075 161102-122

LE LONG DU CANAL GRANDE

Se balader sur le Canal Grande n’est jamais lassant. Jamais. En quatre jour, j’ai du le faire à peu près une ou deux fois par jour. Ou presque. Au petit matin. En pleine journée. Alors que le soleil venait de se coucher. A tomber par terre.

Conseil : ne montez ni ne descendez à la station San Marco, mais à San Zaccaria. Il y aura moins de monde et vous passerez devant la Piazetta San Marco et le Palais des Doges. Vous débarquerez à une minute à pied seulement du Palais des Doges.

PARTIR EN EXPEDITION

En quatre jours, je n’ai quasiment pas quitté l’île principale de Venise. Deux petites exceptions : j’ai pris un vaporetto pour le cimetière de Venise, puis pour Giudecca. Le cimetière est assez incroyable. C’est une petite île toute entière qui est consacrée à accueillir les Vénitiens dans leur dernière demeure. Il y a des tombes vieilles de plusieurs centaines d’années, d’autres récentes. Du coup, les « ambiances » changent selon l’endroit où l’on se trouve. Ça vaut vraiment la visite. Quant à Giudecca, c’est une balade assez agréable et ça offre une jolie vue sur l’île principale de Venise.

161104-073 161104-074 161104-075 161104-078

Et pour finir…

J’ai eu deux gros coups de coeur à Venise : les portes et les fenêtres. Prenez le temps de les observer. L’architecture incroyable de cette ville se retrouve jusque dans ces portes et ces fenêtres.

fenetres portes

COMMENT ÇA MARCHE ?

Hôtel. J’ai décidé de prendre un hôtel à Venise même, pas à Mestre. Nous étions en novembre, les prix étaient donc plus abordables, mais ça reste Venise. En cherchant bien, en profitant de promotions ponctuelles, il est possible de trouver une chambre très correcte aux alentours de 60€. Pour l’emplacement, l’idéal me semble être dans le quartier de San Polo, à mi-chemin entre le pont Rialto et la place Saint-Marc. C’est un endroit central, il sera facile de se déplacer, que vous ayez juste envie d’une petite promenade de fin de soirée ou pour partir en excursion d’une journée entière. Si vous arrivez sur cet article parce que vous préparez un voyage à Venise, vous avez déjà lu que cette ville de découvre à pied ! Alors autant privilégier un hôtel bien situé.

Venezia Unica. Même si vous ne passez qu’une journée à Venise, prenez-là ! Il s’agit d’une carte à la carte : elle se commande sur Internet ou directement à Venise, à la sortir de la gare. Vous pouvez y mettre ce que vous souhaitez : accès au réseau de toilettes payant dans la ville, pack d’entrées dans les principaux musées (vous pouvez choisir uniquement les musées de la place Saint-Marc ou un pack plus large qui inclut par exemple le Ca’ Rezzonico ou le Palais Mocenigo…), billets pour les Vaporetto pour 1, 3 ou 7 jours, accès aux visites des églises (dont une bonne partie sont payantes), etc… Sur le site du Venezia Unica, vous avez le détail de toutes les possibilités et, point non négligeable si vous avez moins de 30 ans, vous pouvez profiter de réductions auxquelles vous n’aurez pas droit du vous vous présenter directement à la caisse de chaque musée. Enfin, dernier avantage : le pass est coupe-file !

Vaporetto. 80 euros. C’est le prix de la demi-heures en gondole. 100 euros, après 19h. Si vous êtes trois ou quatre, ça peut valoir le coup. Voyageant seule, ce n’était même pas envisageable. Heureusement, il existe les Vaporetti, des bateaux-bus qui circulent sur le Canal Grande. D’une, c’est pratique. De deux, ça permet de faire une jolie balade sur le canal à moindre coût. Attention, cependant, il vaut mieux prendre un pass correspondant à la durée de votre séjour, car le billet unitaire coûte 7 euros. Les horaires et les plans des lignes à cette adresse.

Restos. Un seul conseil : évitez les restaurants très touristiques, dont les menus, traduits en cinq langues, ne comportent que des pasta et des pizza. En me perdant dans les ruelles, je me suis retrouvées dans de petits restos très chouettes, fréquentés par les Vénitiens, et aux prix plus que corrects. Par exemple, le Cucina di Mario, où vont manger tous les gondoliers du coin. J’étais la seule étrangère. C’était bon, simple et je ne me suis pas senti comme un numéro. Autre bonne adresse : Ca d’Oro Alla Vedova, juste à côté de l’unique McDo de Venise. Ils font des spaghetti alla vongole à tomber par terre. Et ils sont gentils.

BONUS 2

Cette vidéo devrait vous donner envie de sauter illico dans le prochain avion en direction de Venise !

Les photos du road trip | Les articles de l’Italie

Lisa

2 Comments

  • Reply LadyMilonguera 13 novembre 2016 at 15 h 33 min

    Tu me donnes envie d’y retourner…

    • Lisa
      Reply Lisa 20 novembre 2016 at 9 h 47 min

      À peine partie, j’avais déjà envie d’y retourner ! Cette ville a quelque chose d’ensorcelant… 😉

    Leave a Reply