Les courses hippiques à Happy Valley

24 mai 2015

Quand mon patron m’a dit : « la saison des courses hippiques va bientôt s’achever, va donc faire un tour à Happy Valley et écris-nous un article », je n’étais pas emballée du tout. Que j’avais tort ! L’ambiance est électrique, je n’ai jamais rencontré une telle effervescence.

Pourtant, au début, ce n’était pas gagné. Les courses de chevaux et les jeux d’argent, très peu pour moi… Mais le souci avec les patrons, c’est qu’on doit leur obéir. Je me suis donc dirigée, en début de soirée, vers Happy Valley, l’hippodrome de Hong Kong. Étant complètement ignare en la matière, j’avais tout à découvrir. J’ai rencontré Alistaire, un Australien d’une cinquantaine d’années, venu exclusivement pour la fin de la saison. Il était complètement passionné, il m’a tout expliqué (et m’a sérieusement facilité le travail pour mon article). Par exemple que Hong Kong est considérée comme l’une des capitales des courses hippiques, c’est l’une des villes qui génère le plus d’argent. Jusqu’à 90 milliards de dollars hongkongais (environ 10 milliards d’euros) les meilleures saisons.

110601 - 043 110601 - 044 110601 - 050 110601 - 053 110601 - 057

Construit en 1846, l’hippodrome est l’un des vestiges de la colonisation britannique. C’est la seule exception à l’interdiction des jeux d’argent sur le territoire, instaurée par les autorités de la couronne à leur arrivée sur le territoire. À la rétrocession de 1997, le « Royal Jockey Club » est devenu le « Hong Kong Jockey Club ». Chaque mercredi soir, de septembre à juin, des milliers de parieurs se retrouvent pour vibrer au rythme de chaque course.

Dans la série des classiques sur la listes « à ne pas manquer » de tout guide sur Hong Kong qui se respecte, on trouve donc les courses de Happy Valley. Elles attirent, une fois par semaine, des milliers de touristes curieux (on les reconnaît facilement : hilares et un verre de bière à la main) et des passionnés (eux aussi, se repère très vite : concentrés, papier et crayon à la main, les yeux rivés sur les écrans de résultats et de pronostics).

Inutile d’être un grand fan d’équitation ou des courses équestres pour apprécier une soirée à l’hippodrome d’Happy Valley. Si l’expérience a atteint le statut de « must do » à Hong Kong, c’est que l’ambiance électrique et irréelle des soirs de courses n’a pas d’équivalent à Hong Kong. Au début, j’étais mal à l’aise, je ne me sentais pas à ma place. C’est un cadre très « social » : on vient aux courses entre amis, pour rencontrer les amis d’amis, faire du «réseautage», pour prendre un verre après le boulot et parier un peu. Un enclos permet aux jockeys de défiler avec leurs chevaux avant la course, les curieux s’approchent, les parieurs pro observent.

Cette atmosphère de salon se transforme d’un seul coup, dès le premier retentissement de la cloche, quand les box s’ouvrent et que les chevaux s’élancent. L’adrénaline, l’excitation, l’électricité sont palpables ! Le public se soulève comme un seul homme, chacun suspend ses conversations, le bruit des sabots qui se rapproche se mêle aux prières murmurées et aux encouragements vociférés de tout ceux qui ont quelque chose à perdre ou à gagner… Alors qu’un instant auparavant, j’avais hâte de rentrer chez moi, je me suis retrouvée les yeux écarquillés et un sourire accroché aux lèvres.

110601 - 051 110601 - 060 110601 - 073 110601 - 077 110601 - 082

 

Et côté photo, c’est un régal. À visiter absolument !

Les photos de Hong Kong | Les articles sur Hong Kong

Lisa

No Comments

Leave a Reply